Planning adaptatif

L'approche agile recommande d'être souple sur le planning : vous verrez sur cette page comment certains projets peuvent bénéficier d'un mode de planification plus progressif que le fameux planning prévisionnel très détaillé et rigide.

On est en retard sur le planning !

Cela fait 8 mois que le projet a commencé, on est en retard sur le planning. Qu’est-ce qui se passe ? Faites-moi un rétroplanning, j’ai besoin de visibilité, vous vous étiez pourtant engagés !

Qui n’a pas entendu ce genre de phrase dans un projet ?

Soyons clairs, les plans sur la comète destinés à prévoir rigoureusement tout ce qui va se passer dans le futur avec un niveau de détail avancé ne sont pas adaptés à tous les types de projet.

Commençons donc par voir ces différents « types » de projet.

Projets industriels vs… les autres

Des référentiels reconnus comme Prince2 l’ont très bien formalisé : un projet est une initiative qui se distingue clairement du BAU, « business as usual » (le travail quotidien…), par les critères suivants :

  • Un projet implique un changement
  • Un projet est temporaire
  • Un projet est cross-fonctionnel
  • Un projet est unique
  • Un projet comporte de l’incertitude

Ces critères peuvent s’appliquer à tous les types de projet, dans tous les domaines.

Concentrons-nous sur les deux derniers : un projet est unique, et comporte de l’incertitude. Certes, mais c’est assez variable selon les projets : certains projets sont « plus incertains » et/ou plus « uniques » que d’autres…

Considérons ces deux exemples :

Construction d’un pontCréation d’un service de partage de fichiers basé sur un nouveau protocole de transfert
À l’évidence, ce projet est quelque chose de relativement commun : on a construit énormément de ponts à travers le monde, et les recettes sont bien connues !Les choses sont beaucoup moins « simples » pour ce projet (même si, remarquez-le, les sommes d’argent en jeu seront probablement beaucoup moins importantes que pour un ouvrage à x centaines de millions d’euros comme un grand pont !).
L’incertitude est également très très limitée : en dehors du fait que l’on trouve un site archéologique inconnu sous les fondations, il y a fort à parier que tout se passera comme prévu…Ce projet est assez unique : des services de transfert existent déjà, mais moins que des ponts, et surtout, il n’y a pas 10000 personnes qui ont créé des protocoles de transfert de fichiers. L’expérience acquise dans ce domaine est limitée, et il faudra certainement tâtonner, expérimenter…

Sur la base de cet exemple, nous allons donc considérer qu’il existe grosso-modo deux types de projets :

  • Les projets dits « industriels », avec un niveau d’incertitude assez faible et une généricité assez grande
  • Les projets dits « innovants », avec un niveau d’incertitude assez grand et une unicité assez grand

Types de projets : industrial vs knowledge

Planning adaptatif vs. planning prévisionnel fixe

Nous avons vu que l’on ne peut pas planifier avec le même niveau de certitude les projets dits « innovants » et les projets dits « industriels ».

S’il est possible de réaliser des planning prévisionnel « fixe » pour les projets industriels avec un bon niveau de confiance, il en est autre pour les projets innovants. C’est ici qu’intervient le concept de planning adaptatif.

On ne découvre vraiment le périmètre qu’au cours du projet

Certains chefs de projet vont bondir au plafond en lisant ces lignes, mais il faut bien le reconnaître : malgré tous nos efforts de recueil de besoins et de spécification, quand on travaille sur un projet un tant soit peu « innovant », on découvre en développant et en montrant des prototypes au client beaucoup de fonctionnalités qui seraient bien utiles et que l’on n’avait pas prévues…

Dans ces conditions, un planning adaptatif n’essaiera pas de tout prévoir dès le début, mais se limitera à un plan « grosses mailles » : le reste sera révélé par la création d’un prototype très tôt dans le cycle de vie du projet.

Planning upfront vs planning agile

Vous le voyez : au cours d’un projet « innovant » qui ne ressemble pas très fort à d’autres projets déjà réalisés, les embûches sont nombreuses et parfois difficile à prévoir. Plutôt que de suivre un plan fixe pré-établi, l’équipe agile va adapter son « itinéraire » à ces embûches, pour se frayer un chemin vers la réussite.

Planifier et re-planifier

Dans ces conditions, il faut accepter d’avoir à planifier plusieurs fois, même très régulièrement. Ce n’est pas un échec, simplement une manière de ne pas foncer dans un mur que l’on n’avait pas vu de loin !

Étapes planning exécution agile

Testez-vous !

Pourquoi le « chef de projet » agile n’établit-il pas un planning très détaillé au début du projet ?
  • Parce que ça ne sert à rien
  • Parce que l’on considère que l’agilité requiert de l’adaptabilité dans la planification
  • Parce que l’on apprend beaucoup de choses pendant que le projet avance, et que c’est l’occasion de raffiner le planning
  • Un chef de projet agile réalise un planning très détaillé au début du projet
En quoi les projets « industriels » classiques diffèrent des projets pour lesquels l’agilité est un atout certain ?
  • Les projets industriels classiques sont plus prévisibles.
  • Les projets industriels ne comportent pas de risque.
  • Les projets industriels ont un niveau d’incertitude assez faible et une généricité assez grande.
  • Les projets industriels ont un niveau d’incertitude assez grand et une généricité assez faible.
Tout projet implique un changement
  • Vrai
  • Faux
  • Ça dépend des projets
C’est l’une des caractéristiques d’un projet : tout projet implique un changement, sinon ce n’est pas un projet.
Un projet agile est plus court qu’un projet traditionnel
  • Vrai
  • Faux
  • Ça dépend des projets
Souvenez-vous que les équipes agiles doivent adopter un rythme réaliste, raisonnable, et qui peut être tenu longtemps. Une équipe agile ne fonctionne pas à grands coups d’heures supplémentaires pour livrer quelque chose qui avait été promis 6 mois à l’avance dans un planning. L’équipe agile est capable de délivrer de la valeur de manière continue et régulière, sans « s’essouffler ».
Quand réalise-t-on le planning d’un projet agile ?
  • Au début
  • À la fin
  • À plusieurs moment pendant le projet
Qu’est-ce que la vélocité ?
  • La compétence intrinsèque d’un développeur
  • Le niveau de compétence global de l’équipe
  • La quantité de travail qu’une équipe peut réaliser en une itération
  • La quantité de risque à modéliser dans un projet

Commentaires