Être agile plutôt que faire de l'agile

Vous apprendrez sur cette page en quoi le fait de « penser agile » et « être agile » diffère du simple fait de « pratiquer l'agilité ».

Être ou ne pas être… agile

Convenons-en, l’agilité est à la mode depuis quelques temps.

Les post-it sont devenus une forme d’expression, quasi-artistique (!), et tout le monde veut coller sa petite étiquette jaune sur le grand tableau…

Ceci dit, l’habit ne fait pas le moine, et il ne suffit pas de prendre la posture d’une organisation agile pour jouir des avantages d’une structure réellement agile.

D’abord comprendre, puis appliquer, puis s’outiller

La bonne méthode pour réussir un projet agile n’est donc pas d’essayer systématiquement d’appliquer à la lettre des « pratiques » agile : il convient avant tout de les comprendre, de les intégrer, d’en faire une manière de penser les situations à part entière.

Comprendre l’objet avant de coder en Java : normal, non ?

OK, à ce stade vous avez probablement compris de quoi il en retournait… Pour ceux qui ne seraient pas convaincus, voici une petite métaphore de codeur.

Vous connaissez Java ? Si ce n’est pas le cas, remplacez dans ce qui suit le mot « Java » par « C++ » ou n’importe quel autre langage objet, peu importe.

Pensez-vous que l’on puisse être un bon programmeur Java sans avoir préalablement réellement compris les principes de la conception et de la programmation objet, et « penser objet » ? Bien sûr que non !

C’est exactement le même cas de figure avec les méthodes agiles : avant de faire de l’eXtreme Programming, du Scrum, Kanban ou quoi que ce soit, vous devez intégrer les principes fondamentaux de l’agilité. Le manifeste agile est un bon point de départ… et les pages qui suivent vous en expliqueront les concepts en détail.

Un exemple concret

Reprenons l’exemple des post-it. Savez-vous pourquoi les équipes Scrum ont l’habitude de coller des post-it sur un tableau ?

Etre agile : êtes-vous réellement agile ?

Elle ne le font pas par ce que c’est fun, ou parce que c’est simplement pratique, et encore moins pour « respecter la méthode ». Elles le font car il s’agit là d’une manière d’appliquer les principes fondamentaux de l’agilité (ceux que nous avons vus juste avant, dans le manifeste), à savoir :

  • La simplicité est essentielle : un document court et concis vaut mieux qu’un gros pavé de texte de 20 pages, pourquoi pas donc simplement un petit post-it ?
  • La méthode la plus simple et la plus efficace pour transmettre de l’information est le dialogue en face à face : le tableau sur lequel sont collés les post-its est un lieu de partage et d’échange, devant lequel on se retrouve pour discuter des fonctionnalités : le post-it est un prétexte pour collaborer.
  • Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils : le tableau de post-it est un radiateur d’information, un endroit où toutes celles et ceux qui participent au projet (ou sont concernés par ce dernier) peuvent en avoir une vision claire et simple, à n’importe quel moment.
Important – Vous l’avez compris : appliquer bêtement des recettes n’a que peu d’intérêt. Pour réussir un projet agile, mieux vaut d’abord s’attacher à en comprendre les fondements.

Le pourquoi du coment

Un bon exercice pour s’assurer que l’on est agile plutôt qu’un consommateur d’agilité est de régulièrement lever la tête du guidon et vérifier que l’on se pose les bonnes questions, à savoir « pourquoi je fais ceci ? » plutôt que « comment je fais ceci ? ».

Le comment viendra ensuite naturellement.

Testez-vous !

Pourquoi « être agile » est différent de « faire de l’agile » ?
  • Avant de mettre en œuvre correctement les principes agiles, il faut en comprendre les fondements.
  • « Être agile » et « faire de l’agile », c’est la même chose.
  • Être agile est avant tout une manière d’être, de se comporter, d’être à l’écoute des autres et de former une équipe.
Quel est le moyen le plus efficace de partager une information sur un projet ?
  • Avoir une conversation en face à face
  • Envoyer un mail
  • Envoyer un fax
  • Coller un post-il sur le tableau kanban
Quelle question doit se poser un membre d’équipe agile régulièrement ?
  • Comment faire ça ?
  • Quand faire ça ?
  • Pourquoi je fais ça ?
Vous êtes coach d’une équipe agile. Un des développeurs de l’équipe a une productivité faible. Que faites-vous ?
  • Je le vire
  • Je le sermonne
  • J’en parle avec lui
  • Je l’inscris à une formation agile
Quand on est agile, que ne fait-on pas ?
  • On accueille le changement
  • On respecte un processus strict et immuable
  • On délivre de la valeur continuellement
  • On apprend continuellement en faisant

Commentaires