Dynamic systems development method (DSDM)

DSDM, pour Dynamic systems development method, est l'une des plus anciennes méthodes agiles, proposée dès 1994.

8 principes fondamentaux

DSDM est fondée sur 8 principes clés, énoncés ci-dessous.

  • Se focaliser sur les besoins des utilisateurs et du business
  • Livrer rapidement (« on time »)
  • Collaborer
  • Ne jamais considérer la qualité comme une variable d’ajustement
  • Construire le produit de manière incrémentale, sur la base de solides fondations
  • Développer de manière itérative
  • Communiquer tout au long du cycle de vie, et de manière explicite
  • Controler l’avancement, par rapport à un schéma directeur défini

Rôles introduits par DSDM

  • « Product champion » : un sponsor du projet disposant de suffisemment de pouvoir pour attribuer mettre des ressources à disposition du projet.
  • Visionary
  • Ambassador user
  • Advisor user
  • Project manager
  • Technical coordinator
  • Team leader
  • Solution developer
  • Solution tester
  • Scribe
  • Facilitator
  • Specialist roles

Démarche

DSDM démarche

Principales caractéristiques

Timeboxing

DSDM préconise le timeboxing, qui consiste à accorder à certaines tâche une durée limitée, afin de découper le projets en étapes ayant toutes des dates de livraison et un budget fixés.

Cette technique du timeboxing est utlisée par d’autres méthodes, comme Scrum par exemple (sprints, meetings…).

Focus sur le design architectural

DMDM encourage le prototypage rapide d’application, afin de valider très tôt dans le cycle de vie du projet la validité de la compréhension du besoin du client, et détecter les erreurs avant qu’elles ne deviennent plus chères à réparer.

C’est l’un des points sur lesquels DMDM a le plus influencé l’ensemble des méthodes agiles.

Priorisation via MoSCoW

DMDM utilise intensivement la méthode MoSCoW pour aider à la priorisation des items à réaliser. C’est également une de ses contributions dans le monde agile.

Commentaires